26/02/2007

L'avocat

Fruit davocat
L'avocat est le fruit de l'avocatier qui se présente sous la forme d'une grosse baie à une seule graine.

Il est originaire du Mexique où il était déjà consommé par les Aztèques et les Mayas il y a 8000 ans et a été importé en Europe par les Espagnols dès le XVIIe siècle. Mais, il faudra attendre encore 300 ans pour qu'il s'installe définitivement dans la gastronomie française.

Bien qu'étant considéré en Europe comme un produit de luxe, en Amérique où il est extrêment courant, on le qualifiait autrefois de "beurre du pauvre".

L'avocat est très utilisé dans la cuisine mexicaine et notamment pour la préparation du guacamole. Ses feuilles sont utilisées comme condiment.

Souvent dénigré à cause de sa richesse en graisses, celui-ci convient pourtant parfaitement aux personnes à grands besoins énergétiques (sportifs) et aux enfants en pleine croissance.

Sesbienfaits:

  • Son taux d'acides gras insaturés élevé est favorable au bon fonctionnement de l'appareil cardio-vasculaire et à la circulation du sang dans l'organisme.
  • Les lipides qu'il contient permettent de faire baisser le taux de mauvais cholestérol.
  • Grande source de magnésium.
  • Son taux élevé (55 mg pour 100 g) de potassium est bénéfique pour la tension artérielle.
  • Riche en minéraux etoligo-éléments (phosphore, fer, cuivre et zinc).
L'avocat est également régulièrement utilisé dans la fabrication de produits cosmétiques, notamment pour les effets régénérateurs qu'il distille sur le cuir chevelu ou la peau.

Contrairement à la plupart des fruits, l'avocat ne mûrit pas sur l'arbre mais seulement une fois récolté. Il est donc inutile de regarder la couleur de la peau pour savoir s'il est mûr. La seule solution consiste à légèrement presser la peau afin d'évaluer la texture de la chair, et donc le stade de maturation.

Une de mes connaissances habitant l'île de la réunion m'a même dit qu'ilfallait le secouer ... si le noyau bougeait à l'intérieur c'est que l'avocat est mûr.

A moins de le manger le jour même, il vaut mieux acheter un avocat encore ferme et sans tâche, afin de le laisser mûrir jusqu'au jour de sa dégustation. Si l'on veut accélérer le processus de maturation, il suffit d'enrouler l'avocat dans du papier journal, ou de simplement le placer dans une corbeille à fruits, aux côtés de pommes ou de bananes qui dégagent naturellement de l'éthylène. Par contre, pour retarder le mûrissement d'une bonne semaine, l'avocat devra être entreposé dans le bac à légume du frigo.

Laissée à l'air la chair jaune de l'avocat a tendance à s'oxyder et à noircir très vite. Dans ce cas, arrosez-la simplement de jus de citron. L'avocat peut également se congeler, mais impérativementen purée avec, encoreune fois, du jus de citron.
avocat_large

22:05 Écrit par Francoise Verkest dans Fruits | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/02/2007

Hmmmm les fraises

fraises2Fruit qui symbolise l'été, la fraise est légère (35 kcal/100g) et rafraîchissante (composée à 90 % d'eau). Elle est riche en vitamines C.

Les Romains cueillaient les fraises des bois ou fraises sauvages pour leurs vertus thérapeutiques :

- Antirhumatismale.
- Astringente.
- Biliaire.
- Active l'intestin paresseux.
- Dépurative et diététique.
- Laxative et relaxante.

La fraise est en effet particulièrement intéressante pour son apport vitaminique qui stimule nos défenses immunitaires. Il suffit d’une portion de 150 g pour couvrir l'apport journalier recommandé en vitamine C, soit 80 mg pour l’adulte.

L'apport en minéraux est modéré mais diversifié et équilibré :

- Le potassium domine avec environ 150 mg/100 g
- Le calcium est présent avec un taux de 20 mg/100g
- Le fer avec 0,4 mg/100 g (avec du cuivre et du zinc qui facilitent sa bonne assimilation)
- Le magnésium avec 12 mg/100 g


A noter que la fraise fait partie des aliments "histamino-libérateurs": sa consommation libère de l'histamine dans l'organisme, ce qui provoque chez une personne prédisposée l'apparition de phénomènes de type allergique (urticaire notamment).

Lors de vos achats, choisissez les fraises rouges, sans tâches, bien brillantes et fermes. Ne les prenez pas forcément grosses (souvent gorgées d'eau) mais toujours bien odorantes.

Fruits fragiles, celles-ci sont à consommer dès leur achat.

A conserver dans leur barquette perforée et dans le bac à légumes du réfrigérateur, au maximum 3 jours si elles ne sont pas très mûres.

Fruits ne se prêtant pas à la congélation faites-en plutôt des confitures ou des coulis.


fraisier

12:52 Écrit par Francoise Verkest dans Fruits | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/02/2007

Miroir, mon beau miroir ...

Miroir2

Vilaine semaine en ce qui me concerne au niveau moral. Diverses choses ont nécessité une grande remise en question ... pas évident incontestablement.

D'aucuns diront ..."divagations féminines" une de ces choses est : je suis moche cette semaine ... même le soin visage que je me suis offert aujourd'hui n'y a rien changé ... mais ma peau est plus douce et nette c'est déjà ça.

Il n'y a rien à faire ... mon moral dépend de mon physique, de la façon dont je me perçois et surtout comment je me sens dans mon corps. Et quand je vais mal ... je ne suis plus radieuse, plus belle, plus attirante.

Cependant, malgré le fait que j'étais mal dans ma tête et dans mon corps aujourd'hui, j'ai rencontré quelqu'un cette après-midi en faisant du shopping qui m'a dit des choses complètement en décalages avec ce que je ressentais intérieurement ... je suis restée embarrassée et ne sachant quoi trop répondre alors j'ai décidé de prendre et de garder en moi ces gentilles choses. La perception qu'on les autres de moi ne correspond pas à ce que je pense de moi.

Il est grand temps de prendre soin de moi car personne ne peux le faire à ma place!

paixinterieur

20:37 Écrit par Francoise Verkest dans Moi | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

14/02/2007

La cuisine chinoise

chinois_50

La cuisine chinoise est une des plus réputées au monde, et sans doute celle qui comporte le plus de variations. Elle se repartit traditionnellement en quatre familles :

  • La cuisine du Dongbei qui se caractérise par l'omniprésence dublé car le climat ne convient pas à la culture du riz. Beaucoup de plats sont conservés par salage à cause des hivers rigoureux et des temps de moisson assez courts.
  • La cuisine shanghaienne qui se caractérise par son emploi particulier de l'alcool et du sucre dans la préparation des mets. Le sucre est utilisé à quantité égale avec la sauce de soja, sans que sa présence se fasse nécessairement remarquer par un "goût sucré".
  • La cuisine sichuanaise qui se caractérise par l'omniprésence du piment mais des plats non-épicés existent aussi. Cette consommation importante de piments est due au fait qu'ils permettent de supporter le climat chaud et humide de la région. La cuisine sichuanaise privilégie les fritures et la cuisson à la vapeur, ainsi que les légumes conservés dans la saumure. La viande de boeuf est plus répandue que partout ailleurs, et est souvent cuite jusqu'à ce qu'elle devienne d'une grande tendreté.
  • La cuisine cantonaise, quant à elle, est souvent considérée comme la meilleure de Chine, voire d'Asie. Un dicton populaire rappelle : "Les Cantonais mangent tout ce qui vole dans le ciel, et tout ce qui marche sur la terre". En effet, la quasi-totalité du règne animal a sa place dans les cuisines cantonnaises : insectes, souris, serpents, singes et autres sontaccommodés à l'infini. Bien des parties anatomiques rarement consommées en occident sont considérés comme des mets dechoix : viscères, têtes, pattes, queue...

wok
Le thé est la boisson courante, consommée pour ses vertus digestives et décongestionnantes, la bière et l'alcool de riz sont les boissons festives. Néanmoins, lors d'un repas ordinaire chez soi, aucune boisson n'est en général proposée et l'on se désaltère avec une soupe ou une bouillie.

Les fréquentes périodes de disette ont inspiré aux Chinois des recettes permettant d'accommoder toutes les parties comestibles des animaux : entrailles, cartilages, têtes, serres devolailles etc.

Le tofu, invention chinoise, constitue la base d'une dizaine d'aliments différents qui apparaissent très souvent sur les tables du fait de leur coût modique.

Personnellement j'aime beaucoup la cuisine asiatique (Dim-sum, potage wan-tan, porc à la sauce aigre douce, poulet au soja, riz sauté spécial, ...).


dim-sum

11:23 Écrit par Francoise Verkest dans Divers | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

13/02/2007

Si j'étais un homme (Diane Tell)

Moi, si j'étais un homme, je serais capitaine
D'un bateau vert et blanc,
D'une élégance rare et plus fort que l'ébène
Pour les trop mauvais temps.

Je t'emmènerais en voyage
Voir les plus beaux pays du monde.
J' te ferais l'amour sur la plage
En savourant chaque seconde
Où mon corps engourdi s'enflamme
Jusqu'à s'endormir dans tes bras,
Mais je suis femme et, quand on est femme,
On ne dit pas ces choses-là.

Je t'offrirais de beaux bijoux,
Des fleurs pour ton appartement,
Des parfums à vous rendre fou
Et, juste à côté de Milan,
Dans une ville qu'on appelle Bergame,
Je te ferais construire une villa,
Mais je suis femme et, quand on est femme,
On n'achète pas ces choses-là.

Il faut dire que les temps ont changé.
De nos jours, c'est chacun pour soi.
Ces histoires d'amour démodées
N'arrivent qu'au cinéma.
On devient économe.
C'est dommage : moi j'aurais bien aimé
Un peu plus d'humour et de tendresse.
Si les hommes n'étaient pas si pressés
De prendre maîtresse...
Ah ! si j'étais un homme !

Je t'appellerais tous les jours
Rien que pour entendre ta voix.
Je t'appellerais "mon amour",
Insisterais pour qu'on se voie
Et t'inventerais un programme
À l'allure d'un soir de gala,
Mais je suis femme et, quand on est femme,
Ces choses-là ne se font pas.

Il faut dire que les temps ont changé.
De nos jours, c'est chacun pour soi.
Ces histoires d'amour démodées
N'arrivent qu'au cinéma.
On devient économe.
C'est dommage, moi j'aurais bien aimé
Un peu plus d'humour et de tendresse.
Si les hommes n'étaient pas si pressés
De prendre maîtresse...
Ah ! si j'étais un homme,
Je serais romantique...amoureux

12:15 Écrit par Francoise Verkest dans Femmes, femmes, femmes | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/02/2007

Les seins

seins1

Symboles par excellence de la féminité et attributs de la sensualité, les seins sont consacrés comme les plus beaux atouts de séduction depuis la nuit des temps.

Incontestablement, ce sont eux qui dessinent la silouhette féminine et qui lui donnent son caractère particulier.

Cette partie du corps est la préférée de nos amis mâles au même titre que nos jambes et nos fesses.

C'est pourquoi, depuis la nuit des temps, les femmes ne cessent de déchaîner les passions en accentuant cette différence naturelle qui les rendent si désirables aux yeux des hommes, ceci grâce à leurs dessous et aux vêtements.

La poitrine en vogue à l'heure actuelle est ronde, pleine, généreuse et ... exhibée. Mais cela n'a pas toujours été le cas.

La petite poitrine est adulée au Moyen-Age. La mode est alors aux poitrines minuscules et hautes car ce qui plaît au 15e siècle c'est le ventre ... il fascine. Celui-ci doit être rebondi. Apparaît alors une nouvelle sorte de corset qui aplati les seins pour mettre le ventre en valeur.

Les seins écartés étaient à la mode durant longtemps à la fin de l'Empire.

Les seins "en pommes" fermes et bien ronds étaient adulés au 16e siècle.

La poitrine plutôt forte et voluptueuse a, quand à elle, traversé la majorité des époques la tête haute.

A l'heure actuelle, les études révèlent une grande diversité dans les goûts masculins en matière de forme et de volume. Les hommes aiment toutes les poitrines ! Ce qui les excite avant tout, c'est l'effet pigeonnant, quand le décolleté rappelle insidieusement des fesses pleines et rebondies. Une technique de séduction utilisée sciemment ou non par les femmes depuis des siècles consiste à se pencher légèrement en avant, à resserrer les bras sur les côtés pour rehausser ses seins en avant et dessiner la fente médiane. Effet garanti auprès des hommes.



seins2

21:52 Écrit par Francoise Verkest dans Femmes, femmes, femmes | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

08/02/2007

La Saint-Valentin

saint_valentin_des_mouettes

Le jour de la Saint-Valentin, le 14 février, est considéré dans de nombreux pays comme la fête des amoureux. Les couples en profitent pour échanger des mots doux et des cadeaux comme preuves d'amour ainsi que des roses rouges qui sont l'emblème de la passion.

À l'origine fête de l'Eglise Catholique, le jour de la Saint-Valentin n'aurait pas été associé avec l'amour romantique avant le haut Moyen Age. La fête est maintenant associée plus étroitement à l'échange mutuel de « billets doux » ou de valentins illustrés de symboles tels qu'un cœur ou un Cupidon ailé.

Impossible ces derniers jours d'allumer la télévision, d'ouvrir une revue ou un journal sans tomber sur la Saint-Valentin.

Personnellement, j'ai toujours trouvé cette fête étrange ...probablement pour ne l'avoir que très peu fêtée ... la seule Saint Valentin restée gravée dans ma mémoire remonte à mon premier amour ... et oui ! Moment tout mignon et plein de tendresse.

Période difficile pour les coeurs célibataires et/ou tristes ... presque obligés de rester chez eux par risque de croiser le bonheur amoureux des autres.

J'ai donc fait un petit tour sur le net et sur différents forums ... à ma grande surprise je me suis beaucoup amusée à lire les commentaires sur cette fête (surtout les commentaires masculins).

Alors pour ce fameux 14 février ... seul/seule ou oublié(e) ... souriez et faites vous plaisir.





baiserhotelville

22:18 Écrit par Francoise Verkest dans Divers | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |